Tags

Related Posts

Share This

L’art de bien maigrir

Il apparait actuellement que les graisses soient plus impliquées dans la prise de poids que les sucres.


Or les graisses représentent 41% de l’apport calorique quotidien des femmes en France alors qu’elles ne devraient pas excéder 30%. Cette surconsommation de graisses, sous estimée par les consommateurs, est notamment liée à l’intrusion excessive des lipides dans de nombreux aliments (barres chocolatées, viennoiseries, biscuits d’apéritif, chips, pizzas, hamburgers ou plats préparés).

En pratique, la première mesure pour maigrir consiste à réduire l’apport des lipides:
-à 50 g /jour pour un menu de 1500 calories/ jour,
-à 60 g/jour pour un menu de 1800 calorie/jour,
-et à 67 g/jour pour un menu de 2000 calories / jour. 60 g de lipides par jour, c’est une cuillerée à soupe d’huile par jour + deux noix de beurre (ou une noix de beurre + 3 cuillerées à soupe de crème à 15%), le reste étant apporté par les aliments.

Les glucides d’assimilation lente sont actuellement réhabilités dans le cadre des régimes amaigrissants. Ils doivent représenter 55 à 60% des apports caloriques quotidiens. Mais qui dit glucides dans le cadre d’un régime amaigrissant, ne dit pas sucreries et confiseries, mais sucres lents, c’est-à-dire féculents et légumes secs.

La réduction des graisses peut s’effectuer au profit de ces sucres lents qui font moins grossir que les lipides (ils sont deux fois moins caloriques) et entraînent plus rapidement une sensation de satiété.
En outre, les nutritionnistes semblent d’accord pour dire qu’une grande partie des glucides est dépensée plus rapidement alors que l’organisme a plutôt tendance à stocker les lipides.
Autrement dit, la tendance en matière de régime amaigrissant s’oriente actuellement vers une base de sucres d’assimilation lente.